La tempête Klaus a laissé des traces douloureuses au foyer logement.

Nous ne sommes pas là pour polémiquer mais nous ne pouvons passer sous silence certains comportements :

 

 

Les 24 et 25 janvier, suite à la tempête, les agents en service au Logement Foyer Goujon ont fait preuve d’une très grande conscience professionnelle. En effet ils ont dû gérer le manque d’électricité (durée de la coupure 16 heures), le manque de téléphone et le manque d’eau. Le dimanche matin ils ont reçu de la municipalité 18 bouteilles d’eau pour 59 résidents.

 

Nous pensons que c’est dans ces situations que la solidarité et le sens de l’entraide, valeurs landaises s’il en est, auraient dû se créer au-delà des clivages majorité-opposition. Cela n’a pas été le cas à Grenade où l’opposition a été délaissée, quelques membres de la majorité disant faire face à la situation.

 

Les employés du foyer logement présents les journées du 24 et 25 janvier 2009 ont envoyé un courrier en date du 1 février 2009 à Monsieur le Maire, aux conseillers municipaux et aux membres du bureau du CCAS pour exposer leur vécu et les dysfonctionnements occasionnés par la tempête. Sachez que certaines de ces personnes ont doublé leur journée de leur propre initiative par manque d’effectif pendant cette période.

 

Suite à ce courrier, ce personnel a été convoqué par Monsieur le Maire.

Une lettre d’excuse leur a été demandée car pour Monsieur le Maire et son premier adjoint, ce courrier aurait dû suivre la voie hiérarchique et être transmis uniquement à la directrice du foyer logement.

 

Ces personnes s’estimant légitimes dans leur démarche n’ont pas donné suite à cette demande.

 

Nous sommes intervenus au Conseil Municipal du 18 février 2009 par rapport à ces faits et Monsieur le Maire nous a répondu que ce personnel serait sanctionné.

Nous sommes à nouveau intervenus lors du Conseil Municipal du 31 mars 2009 pour dénoncer la suite donnée à cette affaire et afin d’informer tous les conseillers.

Nous dirons simplement à nos lecteurs que le vent de la tempête a aussi soufflé sur l’appréciation annuelle des personnes signataires de ce courrier.